Chroniques

chronique ; Kaleb (tome 1), Myra Eljundir

Kaleb

Éditions Robert Laffont • Collection R • 18€ • 456 pages

01-resumeC’est si bon d’être mauvais…

À 19 ans, Kaleb Helgusson se découvre empathe : il se connecte à vos émotions pour vous manipuler. Il vous connaît mieux que vous-mêmes. Et cela le rend irrésistible. Terriblement dangereux. Parce qu’on ne peut s’empêcher de l’aimer. À la folie. À la mort.

Sachez que ce qu’il vous fera, il n’en sera pas désolé. Ce don qu’il tient d’une lignée islandaise millénaire le grise. Même traqué comme une bête, il en veut toujours plus. Jusqu’au jour où sa propre puissance le dépasse et où tout bascule… Mais que peut-on contre le volcan qui vient de se réveiller?


02-mon-avisAs-tu déjà été submergé.e par des sentiments incroyablement forts, incroyablement… mauvais? Je pense que chaque être humain sur cette planète a déjà été pris par la rage, par la haine, par la rancœur ; bref, toutes ces émotions qui rythment la vie de Kaleb, le jeune héros du livre dont je vais te parler aujourd’hui! Es-tu prêt.e à plonger dans ce monde vibrant de mauvaises ondes? 😈

Le premier tome de cette trilogie a fait son entrée dans ma PAL il y a presque un an, lors du Salon de Saint-Maur en Poche. J’avais pu rencontrer l’auteure, Ingrid Desjours aka Myra Eljundir, et elle m’a si bien vendu son histoire que j’ai craqué sans plus de cérémonie 😇 Après lecture, je peux te dire qu’elle écrit aussi bien qu’elle s’exprime à l’oral, ce qui n’est pas peu dire! Un style fluide, addictif, une maîtrise parfaite de l’art du suspense, et une sensibilité rare qui donne aux personnages une humanité frappante… une perle 💜

Soyons francs : je suis tombée amoureuse de Kaleb à peine les premières pages tournées! Il est jeune, beau, torturé, et jouit des plaisirs de la vie sans trop se poser de questions… comme s’il allait mourir demain. Sa franchise et son insouciance m’ont profondément touchée, et elles sont d’autant plus belles qu’elles sont menacées par son pouvoir d’empathe 🤔 Il n’a jamais cherché à posséder cette capacité, et pourtant elle va le transformer, lui imposer d’affronter la part d’ombre qui est en lui, puis peu à peu détruire ce qu’il y a de bon dans son existence.

L’histoire tissée par l’auteure est juste excellente, parsemée de différentes légendes issues du folklore islandais et d’éléments plus ou moins récents, comme l’éruption du volcan Eyjafjöll en 2010 – ce dernier étant bien évidemment un endroit-clé pour les gens comme Kaleb, appelés les « enfants du volcan »… Ils sont tous dotés de pouvoirs un peu dingues, et sont poursuivis à cause de cela par l’organisation dont font partie le Colonel (un immonde sadique) et sa mystérieuse assistante (une véritable surprise ambulante qui n’a jamais cessé de me surprendre)… Leurs vies vont toutes s’entremêler au fil du récit, créant des rebondissements des plus saisissants, et m’empêchant pendant un bon moment de reposer mon livre 😉

En bref : un premier volume juste génial avec des personnages fascinants, un récit bien ficelé et des cliffhangers qui devraient être interdits par la loi! Plus d’une fois, j’ai cru devenir dingue, voulant à tout prix découvrir le fin mot de l’histoire, tout en essayant de ralentir ma progression au maximum pour éviter de gâcher trop rapidement mon plaisir…

fraise


03-ma-note

5


Voilà pour cette chronique! Les deux autres tomes de cette trilogie ont déjà rejoint ma liseuse, et je pense donc les lire prochainement 😝

Sur ce, je te souhaite une belle journée! À bientôt 💚
Publicités

7 réflexions au sujet de « chronique ; Kaleb (tome 1), Myra Eljundir »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s