Chroniques

chronique ; L’Amour dure plus qu’une Vie, Ann Brashares

2bcv

Éditions Gallimard Jeunesse • Collection Pôle Fiction • 7,75€ • 448 pages

RésuméLorsque le beau et mystérieux Daniel avoue son amour à Lucy, la jeune fille est émue. Mais pourquoi l’appelle-t-il Sophia et prétend-il qu’ils se sont aimés auparavant? Troublée, Lucy s’enfuit, laissant Daniel au désespoir. Il était persuadé qu’elle se souviendrait de leurs vies passées, des siècles plus tôt. Le jeune homme se remémore ses vies antérieures, du soldat de l’Antiquité au chirurgien américain. Lucy voit peu à peu des souvenirs resurgir. Et si Daniel avait raison? Pour le savoir, elle décide de percer les secrets de son passé. Mais les forces obscures qui avaient séparé les deux amants refont surface…


Mon avisLe roman dont je vais te parler aujourd’hui est l’un des plus étranges qu’il m’ait été donné de lire! Pour tout te dire, je ne sais toujours pas si je l’ai aimé, ou si c’est le côté poétique du style d’Ann Brashares qui m’a hypnotisée et poussée à le terminer…

Tu sais que je ne suis pas une grande fan de romances, et pourtant, le synopsis de ce livre m’a beaucoup plu lorsque je l’ai acheté, il y a de ça quelques années. L’amour qui défie la mort, traverse le temps et réunit deux êtres que tout oppose… Ajoute à ça la plume de l’écrivaine qui a pondu la série juste géniale des Quatre filles et un jean, et on a le combo gagnant! … Ou pas tout à fait. En effet, le manque d’originalité du thème m’a rattrapée, et le fait que je ne sois plus aussi sensible à ce genre d’idylles qu’au moment de mon achat a très sûrement joué dans ma petite déception.

Selon moi, le gros point fort de cette œuvre réside en ses personnages, David et Lucy. David, énigmatique et follement intéressant, est un immortel qui a vécu énormément de vies, se réincarnant à chaque fois en souhaitant tomber sur Sophia (= Lucy). Ses récits de ses différents passés sont réellement passionnants et vivants, et nous plongent avec une telle facilité dans les bas-fonds de notre Histoire que j’en suis souvent sortie bouche-bée! Ces passages se partagent le rôle principal avec le présent, vu majoritairement par Lucy. Différente de son âme sœur, elle m’a paru plus humaine et méfiante… voire beaucoup moins intéressante. Elle craint toujours le pire, et refuse de croire à ce qui se passe pourtant juste sous ses yeux… Un poil énervante, donc.

Quant au méchant de l’histoire (parce que oui, il y en a un bien qu’il soit inexistant à mes yeux), il n’a même pas le droit à la parole. J’aurais adoré en apprendre plus sur lui, alors que là, tout ce que j’en ai retenu, c’est : « Je suis très méchant, je n’ai pas de cœur, je veux me venger à tout prix d’une trahison vieille comme le monde. » J’ai eu l’impression que seule l’histoire d’amour comptait… et du mal avec cette approche, parfois un peu ennuyeuse.

En bref : une romance qui se vit à travers les siècles, qui m’a envoûtée sans pour autant réussir à me convaincre totalement. La façon de faire de l’auteure m’a posé problème de temps en temps, mais ce fut vraiment plaisant de la retrouver après toutes ces années quand même ❤️


Ma note

3Ce sera un 3/5 pour ce bouquin! Je me suis finalement décidée pour cette note, un peu au-dessus de la moyenne, car j’ai passé un bon moment de lecture malgré les quelques « défauts » relevés 😊 Un livre marquant, pour sûr!


Voilà pour cette chronique! Et toi, connais-tu Ann Brashares? ✏️

Passe une belle journée, mon dragonnet 🐉💚

FacebookTwitterInstagram

Publicités

Une réflexion au sujet de « chronique ; L’Amour dure plus qu’une Vie, Ann Brashares »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s