Chroniques·Coups de cœur

chronique + coup de cœur ; Phobos (tome 1), Victor Dixen

5wxd

Éditions Robert Laffont • Collection R17,90€ • 448 pages

RésuméSix prétendantes d’un côté.
Six prétendants de l’autre.
Six minutes pour se rencontrer.
L’éternité pour s’aimer.

ILS VEULENT MARQUER L’HISTOIRE AVEC UN GRAND H.

Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial.
Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées.
Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.

ELLE VEUT TROUVER L’AMOUR AVEC UN GRAND A.

Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues.
Elle a signé pour la gloire.
Elle a signé pour l’amour.
Elle a signé pour un aller sans retour.

MÊME SI LE RÊVE VIRE AU CAUCHEMAR, IL EST TROP TARD POUR REGRETTER.


Mon avisJe suis sûre que tu as déjà connu un livre comme celui dont je vais te parler maintenant : tu sais, c’est le genre d’ouvrage qui te fait complètement perdre la tête, te faisant constamment hésiter entre plaisir et frustration? Phobos fait partie de ces livres fabuleux, qui arrivent à chambouler des centaines de lecteurs. Il nous plonge dans un monde extraordinaire aux multiples facettes, tout en nous faisant – en quelque sorte – regretter d’avoir commencé cette série. Pourquoi? Car cette dernière a acquis un immense pouvoir sur nos petits têtes avides d’aventure, et on sait d’avance qu’on va souffrir le martyre en attendant le prochain tome, surtout lorsque le précédent nous laisse en train d’agoniser avec un cliffhanger MONSTRUEUX… (Comment ça, ça sent le vécu?)

Voilà, Phobos, c’est exactement ça (du moins pour moi)! Dès les premiers chapitres, je me suis sentie irrésistiblement attirée par l’intrigue qui se dessinait gentiment (façon de parler, ahah…), rendant encore plus intéressant le concept de base : douze jeunes gens choisis pour peupler la planète Mars, envoyés seuls dans l’espace, destinés à jouer au jeu du speed-dating six minutes par semaine. Cette idée m’avait déjà beaucoup plu, malgré quelques réticences qui persistaient : je suis une lectrice qui aime les histoires avec les pieds sur terre, même si celles-ci se révèlent être dans un monde totalement différent (un peu comme Narnia ou Partholon, pour ceux qui connaissent). Je n’ai jamais été très fan des récits se déroulant dans l’espace, même si quelques personnes de mon entourage m’ont très souvent encouragée à m’y mettre. Avec Phobos, je m’attendais à quelque chose de vide, aussi vide que l’univers silencieux dans lequel les personnages allaient vivre – eh bien, figure-toi que je me suis trompée, et lourdement!

Passionnant, renversant, haletant : ce premier tome, c’est de la bombe, bébé! (Désolée pour cette référence…) Ce que j’ai le plus aimé, c’est le caractère complexe de Léonor, la prétendante que l’on suit en particulier tout au long des chapitres, alternant avec des points de vue externes au vaisseau Cupido (des organisateurs du programme et d’autres personnages mystérieux que tu découvriras par toi-même si tu te lances à ton tour…). Cette jeune fille de 18 ans, avec son physique de fauve magnifique, représente pour moi l’héroïne presque parfaite : elle a des défauts, plein, et pour une fois, ça fait du bien. Elle a beau être très jolie, elle a un secret douloureux qui peut la transformer en une personne affreuse et incompréhensible… comme nous tous, finalement. En fait, Léonor, c’est un peu le personnage qui nous donne une vision réelle de l’être humain, sans artifice. Elle rit, elle aime, elle pleure, elle souffre ; elle vire parfois totalement barge, mais c’est ça qui est bien avec elle : elle nous ressemble. Et j’avoue trouver ça rassurant de voir un personnage fictif être aussi proche de nous, ô pauvres êtres réels bouffés d’imperfection!

Pour finir, je dirai que Phobos est pour moi un énorme coup de cœur, qui, j’en suis sûre à 200%, saura me tenir en haleine avec ses prochains tomes! Je suis déjà en train de lire le tome 2, et je peux t’affirmer que ce dernier est à la hauteur de mes espérances!

fraise


Et toi, succomberas-tu au fabuleux voyage promis par le programme Genesis?
N’hésite pas à me donner ton avis dans les commentaires!

Sans titre-1

Publicités

5 réflexions au sujet de « chronique + coup de cœur ; Phobos (tome 1), Victor Dixen »

  1. oui bonjour, je suis une personne à l’age avancé et j’aimerais que tu arrêtes de poster des super chroniques parlant des livres qui me font trop envie, j’aurais jamais le temps de tous les lire avant de rejoindre mes ancêtres!
    cordialement des bisous ❤

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s